Retour vers les prédictions

Comment fait-on pour entraîner l’assentiment ? Faire adhérer à son discours ? Exemple : les prédictions du voyant Marmor, le 2 janvier dernier sur BFM Lyon, dans le creux de l’oreille d’Élodie Poyade. Une première chose surprend : elles ne sont pas plus extravagantes que beaucoup de commentaires politiques. Marmor assoit sa crédibilité avec de grandes affirmations péremptoires. Il donne  l’impression d’approuver son interlocuteur et donc on ne peut qu’être d’accord avec lui. « Vous êtes voyant », lance Élodie Poyade. « Absolument », rétorque Marmor. C’est donc indiscutable. On va voir. Comment se présente cette année ? Et bien « en numérologie dans 2020, il y a deux fois  2, et 2 et 2 c’est 4 ». Jusque là, il a bon. Donc le reste sera sûrement vrai aussi. « Je vois une année linéaire ». « Pas de grands changements, pas de catastrophes ». Le lecteur qui a cru voir passer un coronavirus s’est sans doute trompé. Et pour les élections métropolitaines ? « Gérard Collomb repasse les doigts dans le nez. » On ne sait pas s’il a dit ça « au pif » mais il ajoute : « y’a pas de soucis ».  Il le répétera plusieurs fois. À chaque fois qu’il assène une prédiction hasardeuse, pour ne laisser aucune place au doute. Rassurer. Il explique : « À force de tendre la main à Kimerfield (sic)… » C’est ennuyeux de voir que les gens qui dirigent le ciel ont des problèmes de dyslexie sur les noms propres. Et les municipales, « Lyon pourrait devenir verte ? » « -Non ». Marmor est catégorique. Il a quand même les astres derrière lui ! Ou les sondages. « Le candidat parrainé par Gérard Collomb sera le nouveau maire de Lyon. » Et Villeurbanne, Cédric Van Styvendael sera élu ? « Non. Je ne vois pas ça. Villeurbanne bascule à droite. Tout à fait. » Une telle constance dans la certitude est admirable. Un petit dernier pour la route. La situation économique ? Elle sera bonne. « C’est une année qui sera bénéfique pour les gens qui travaillent particulièrement dans le tourisme, l’hôtellerie et la restauration ».  En sport, il voit Benzema revenir à Lyon, le LOU gagner le bouclier de Brennus… Rendons-lui cette justice : il annonce la défaite des communistes à Givors et le basculement à droite de Bron. Même en racontant n’importe quoi, il est statistiquement impossible de se tromper tout le temps. « Absolument ! »
Pierre Gandonnière