L’humour se déconfine

Les cafés-théâtres lyonnais reprennent leur programmation

La rentrée de l’humour, c’est maintenant, et on en aura bien besoin. Après le confinement et la ré-ouverture en quinconce des salles de spectacle, les cafés-théâtres lyonnais redémarrent leur saison. L’Espace Gerson propose une double programmation presque tous les soirs. A ne pas rater Guillermo Guiz en rodage les 10 et 11, un passage à 18h45, un autre à 21h15. C’est un des plus caustiques de la bande des Belges qui secoue France Inter depuis trois ans.  La saison permettra de croiser Aymeric Lompret, Dédo : pensionnaire du Jamel Comedy Club, un humoriste avec un look de métalleux, moitié guitariste et moitié autre chose. Ou encore Thibaud Agoston, un millennial qui monte. Avec toujours des artistes du cru comme Aurélien Cavagna ou Céline Francès. Le Complexe du Rire reprend “Bienvenue dans la Coloc”, un pièce de Jocelyn Flipo. On y retrouvera aussi Jean-Rémi Chaize dans son nouveau spectacle “Vivant”.  Il a tourné pendant deux ans avec “On n’est pas des chiens”. Le public a pu découvrir son humour caustique comme de la soude et ses personnages à la férocité tranquille. Plus loin dans la saison, Madame Fraize l’heureuse moitié de Monsieur Fraize, puis Raphaël Mezrahi, Régis Mailhot. Au Boui Boui, les “Brèves de Commissariat” reprennent du service, toujours au ras du képi. On retrouve aussi le breton de Lyon, Félix Le Braz, qui a échange de chouchen contre du beaujolais, Thaïs, dans “l’Hymne à la Joie”. Aux Tontons Flingueurs, le spectacle de Sophie Belvisi “Alzeih’mère” est programmé tout octobre, ainsi que Didier Nathan. On retrouvera également Karim Duval  dans “Génération Y”. Le Repaire de la Comédie mise sur les valeurs sûres. Il programme des gros succès de la comédie comme “Arrête de Pleurer Pénélope 2” (car le 1 n’avait pas suffi), le “Dîner de Cons” (impossible à jouer en période électorale) et “Le Prénom”. Plus jeune café-theâtre arrivé en ville, le Rikiki repart à l’assaut des pentes avec une pièce de Feydeau “Feu la mère de Madame”. Heureusement pour le Rikiki, c’est une rare pièce de Feydeau où il n’y a pas de portes qui claquent, mais la mise en scène est promise comme “explosive et originale”. Pour compléter, une reprise de”Liées commes des Soeurs”, une création Maison. Quant à la Comédie Odéon, elle rattaque avec “Les Sentinelles’ de Jacques Chambon, présentée comme une “farce tragique”. Plus tard dans la saison, on y attend Philippe Caubère, Pierre Palmade, Christophe Alévêque. 

Pierre Gandonnière